Forum de l'association V for Victory


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Souvenirs de la Bataille de la Fière par le Lt John Dolan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

-Source: Lettre du 1st Lt John Dolan écrite au Général Gavin le 15 mars 1959

Dear General Gavin,

I shall try to cover as much detail without making this letter too voluminous, leaving it to your judgment and discretion to delete any portion that you deem unfavorable to the outfit. You may recall that I was in command of Company "A", 505 Parachute Infantry, with the rank of First Lieutenant. The specific mission of the Company "A" was to seize and defend the bridge crossing the Merderet River on the road that ran East to West from Ste. Mere Eglise, with the purpose of preventing the movement of German troops down to the beach-head.
I don’t recall exactly what time the first Battalion jumped but it was between 1:00 and 2:00 a.m. on D-Day. We hit our drop zone right on the nose, because within twenty minutes to one-half hour, I knew our exact location. I was able to identify a "T" intersection, dirt roads 8 to 10 feet wide, near our drop zone. The upper arm of which ran generally east to west, the vertical arm running north to south, to meet the road running from Ste. Mere Eglise to our objective, the bridge at the Merderet River.
We had the usual problems of re-organization in the dark; however, about an hour before dawn, Company "A" moved out from the drop zone with about ninety (90) per cent of the men accounted for. (This was not due to luck alone, but to the cooperation of Officers, Non-Coms, and last but not least, training. Men who have to fight in the night should be trained in nighttime fighting, not just taken on a night march and digging foxholes.) We moved along this dirt road which I previously referred to as being the North-South arm of the "T" intersection, and just around here, I ran into Major McGinity. He moved out with us.
The order of march was first, Co. Headquarters, third and second platoons in that order. When we reached the road running East-West from Ste. Mere Eglise, a German motorcycle passed us going toward Ste. Mere Eglise. At this time, it was still dark, but daylight was starting to break. We crossed the road and started west toward the bridge,with a hedge row to our right between us and the road. Just about this time, contact was lost with the first platoon, so the third platoon took the lead.
About seven to eight hundred yards from the bridge, we came upon a dirt road running southeasterly from the road to the bridge. Hedgerows were on either side of this road; and beyond it in the direction of the bridge, was an open, flat field, about 100 yards deep and about 75 yards wide. It was here that I figured the Germans would defend if they intended a defense of the bridge.
I directed Lt. Donald Coxon to send his scouts out. This he did, and he also went out with them. He had plenty of personal courage but he didn’t have the heart to order them out without going with them.
A few moments later, a German machine gun opened up, killing Lt. Coxon and one of his scouts, Fergueson. Their fire was returned; and, with Major McGinity and myself leading, a few men holding and returning frontal fire, the platoon flanked to the left. At the same time, I directed Lt. Presnell to re-cross the road and attack along the northern side down to the bridge. This was done, and the second platoon didn't meet with any fire until they arrived at the bridge.
The third platoon continued its flanking move and cut back in toward the road to the bridge. Because of the fire, we calculated that there was just one machine gun crew that was in our way. It later turned out that there must have been at least a squad dug in at this point, with at least two of them armed with machine pistols. Prisoners captured later, in addition to the German dead, amounted to about the size of one of our platoons. There were no German officers captured. I don’t know whether or not any of their enlisted men escaped.
To continue, we cut back toward the road, travelling in a Northerly direction. Major McGinity was leading and I was about three’ or four paces behind, and slightly to the right. There was a high, thick hedgerow to our left, and it was in here that I figured the machine gun was located.
When we had traveled about two-thirds of the way up the hedgerow, they opened up on us with rifle, and at least two machine pistols. I returned the fire with my Thompson Sub-Machine Gun at a point where I could see leaves in the hedgerow fluttering. Major McGinity was killed instantly. As luck would have it, there was a German foxhole to my left which I jumped into and from where I continued to fire I could only guess where to shoot, but I had to as part of the Third platoon was exposed to their fire. Lt. McLaughlin, the assistant platoon leader was wounded and died later that day. His radio operator was also killed the platoon by now was under fire from two directions, from the point where I was pinned down, and also from the direction of the bridge.
I can’t estimate how long we were pinned down in this fashion, but it was at least an hour. I made several attempts to move, but drew their fire. On my last attempt, I drew no fire. They obviously had pulled out. During all of this time, I could hear rifle and machine gunfire down by the bridge on the north side. This ceased about this time I returned to the rest of the third platoon, instructed the Non-Coms to re-organize and to maintain their present position. I then crossed the road and located the first platoon commanded by Lt. Oakley on the north side. They were moving toward the bridge, so I instructed them to continue and dig in on the right side. I went down to the bridge and found that we had received an assist from some of the 508 Prcht. Infantry about this time, I ran into Col. Ekman, and sent for my third platoon to dig in on the left or south side of the bridge. The first was already digging in on the north side.
I thought that all of the Germans had retreated; but unknown to us, there were about ten or twelve Germans holed up on the second floor of a stucco-type farmhouse. At the time they started firing. Col. Ekman and I were casually looking the situation over. It lasted about twenty minutes with about ten or twelve Germans surrendering. About a squad of men from the 508 made the actual capture.
We dug in, the disposition of my Company as follows: First platoon on the north side of the road, the third on the south and the second in reserve, about 4OO yards back, so that it could also protect the rear.
Major Kellam arrived at the bridge with Capt. Roysden, his S-3. He had most of his C.P. unit with him. I don’t know whether or not a Battalion C.P. had ever been set up as planned, at least, I don’t recall having had any communication with it. Down at the bridge now was most of Company "A", about one platoon or Company "B", a platoon of the Division Engineers (mission to blow the bridge if necessary), about half of Battalion Headquarters Company with mortars awl machine gun sections and several stray men from other regiments. The Company dug in well and quickly. I had just completed my inspection of the forward positions when we knew that an attack was coming. You will recall that in front of our position, west of the Merderet River, was a marsh at least 1000 yards wide at its narrowest point. The road running west from the bridge could better be described as a causeway.
As I recall, the mission of the 508 was to occupy a position beyond this causeway. In addition to the men who assisted us in capturing the bridge at least a company of the 508 passed through our position and moved over the causeway to their objective. They were gone at least an hour when we saw several of them retreating back across the marsh. I remember that we helped several of them out of the river, which was quite shallow.
The machine gun fire from the Germans was very heavy by now. We didn’t return their fire as there were no visible targets and our ammunition supply was limited. They attacked with three tanks, which I was unable to identify for sure; but they appeared to be similar to the German Mark IV type, or maybe a little lighter. The tanks were firing on us with machine guns and cannon.
Just about a half-hour before this attack, a 57MM A. T. gun was assigned to Company "A". I located this gun about 150 yards from the bridge on the road where it curves to the right as you approach the bridge. Incidentally, this was my C.P. and later the Battalion C.P. This gave the gun excellent cover and a good field of fire.
On the bridge I had three bazooka teams. Two of them were from Company "A" and the third was either from "B" or "C" Company. The two Company "A" bazookas were dug in to the left and right of the bridge. Because of the fact that the road itself was the causeway type, they were as of necessity dug in below the level of the road, so that in order to fire, they had to get out of their foxholes. The third bazooka was over more to the south where better cover was available.
To continue, I had just completed my inspection of our defenses and was 40 to 50 yards from the bridge. Major Kellam and Captain Royaden were nearby. The first two tanks were within 15 Qr 20 yards of each other, the third was back about 50 yards. When the lead tank was about 40 or 50 yards away from the bridge, the two Company "A" bazooka teams got up just like clock work to the edge of the road. They were under the heaviest small arms fire from the other side of the causeway, and from the cannon and machine gun fire from the tanks. To this day, I’ll never be able to explain why all four of them were not killed. They fired and reloaded with the precision of well-oiled machinery. Watching them made it hard to believe that this was nothing but a routine drill. I don’t think that either crew wasted a shot. The first tank received several direct hits. The treads were knocked off, and within a matter of minutes it was on fire. Then they went to work on the second tank, and within about 30 seconds, it was on fire. They fired every rocket that they had and then jumped into their foxholes. The 57mm during this time was firing and eventually knocked out the last tank. The gun crew did an excellent job.
My two bazooka crews called for more ammunition. Major Kellam ran up toward the bridge with a bag of rockets followed by Captain Roysden. When they were within 15 or 20 yards of the bridge, the Germans opened up with mortar fire on the bridge. Major Kellam was killed and Captain Roysden was rendered unconscious from the concussion. He died later that day. Both of the bazookas were destroyed by the mortar fire. Lt. Weir (Reg. Hq. Co.) and I carried Captain Roysden back. I then took over command of the battalion, being the senior officer present.
Company "B" was put into reserve in the perimeter of Company "A", so that we had almost a 560 degree perimeter defense. The rest of the day we were under heavy mortar and machine gun fire. The mortar fire was very effective as against the two forward platoons because of tree bursts. It took very little imagination on the part of the Krauts to figure out just where we would be dug in. As I recall, there was less than a seventy-five yard frontage on either side of the bridge from where we could effectively defend, so they could throw their mortar fin in our general direction with good results. During the night, the fire let up, but they started early the next morning and kept it up. My third platoon took the worst beating, as they were in a heavier wooded area, (tree bursts).
The second tank attack came on the afternoon of the second day. I was over on the north side of the bridge with the first platoon. For about an hour before the attack, they increased their mortar fire to the extent that the third platoon was just about knocked out, but not quite. I was not aware of this at the time. In addition to already heavy casualties, Sgt. Monahan, the platoon Sgt. was fatally wounded.
I learned second hand that some other troops had retreated through the third platoon’s position, and then through my C.P. Rumors were around that we were going to give up the bridge. As a result of this, the 57MM A.T. crew took off. I didn’t have an Executive Officer at the time. Earlier that day, he (Tom Furey) was put in command of "C" Company. My First Sergeant was a jump casualty, so my Company Headquarters at the time was non-existent except for runners and radio operators. I can’t recall why, but our radios were not working. The only way that we could communicate was through runners.
The first platoon was under heavy fire also. The platoon leader, Lt. Oakley, who had been doing an excellent job, was fatally wounded, and Sgt. Ricci was leaving the junior squad leader, Sgt. Owens, in command. You will recall that we have had some communication about Sgt. Owens in the past as to his personal courage and the way he commanded the platoon at this most critical time. I recommended Sgt. Owens and my tour bazooka men for the D.S.C. The bazooka men were awarded the D.S.C., but Sgt. Owens was not. This is a story in itself.
The second attack was with two tanks and infantry. I was unable to estimate the size. The tanks stayed out of effective bazooka range. (We had one bazooka left.) Not hearing any fire from the 57MM, I went over to it and found it unmanned. I tried to fire it, but the crew had taken the firing mechanism. I organized five or six men behind the hedge on the southerly side of the road with Gammon grenades, and just about this time, two of the gun crew returned with the firing mechanism. They knocked out the two tanks. They were two youngsters not more than 17 or 18 years old, who returned on their own initiative. I recommended them for Silver Stars.
The rest of our stay at the bridge was uneventful, except for the continued mortar fire, and at the end, artillery fire which damaged the 57MM. Lt. Col. Mark Alexander took over command of the battalion later that day and continued to command it for most of the operation. Without exception, he was the finest battalion commander I ever served under. My second son, Mark Alexander Dolan, was named after him.
In conclusion, we held the bridge until relieved. In Co. "A" alone, in those days (three in all), we had seventeen known dead and about three times that number wounded. The rest of the battalion also had heavy casualties.
I have tried to give you an accurate picture of what happened however, after fifteen years, the foregoing may contain some minor inaccuracies I will be glad to give Mr. Ryan any additional information he may require. You may assure him that I will be happy to cooperate with him in every detail.

Very truly yours,


A+.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Trad le Sam 26 Nov - 23:18

March 15, 1959

 

Lt. General James N. Gavin
c/o Arthur D. Little, Inc.
30 Memorial Drive
Cambridge, Mass.

Dear General Gavin:

Merci pour votre lettre en date du 10 mars 1959. J’avais toujours eu pour projet de répondre au questionnaire de Cornelius Ryan. Mais réalisant qu’il me prendrait un temps considérable à rassembler un rapport précis et détaillé, j’avais remisé cette idée dans un coin de ma tête et l'avais presque totalement oublié jusqu’à ce que Bob Murphy m’en reparle quelques jours avant de recevoir votre lettre.

Je vais donc essayer de rendre compte par le détail sans en faire de trop, en laissant à votre discrétion le soin d’éliminer toute portion qui vous semblerait négative pour notre unité. Vous vous souvenez que j’étais en charge de la Company A, 505 Parachute Infantry, , avec le rang de First Lieutenant. La mission spécifique de ma compagnie était de prendre et de tenir le pont sur le Merderet, sur la route qui coure d’Est en Ouest de ste Mère eglise, dans le but d’empêcher tout mouvement de l’ennemi vers les plages de débarquement.


Je ne me rappelle pas exactement à quelle heure le bataillon a sauté mais c’était entre 1 heure et 2 heures du matin, le Jour J. On a atteint notre Drop Zone pile poil, et en 20 minutes, j’avais parfaitement identifié notre loction. J’avais parfaitement reconnu une intesection entre deux routes de terre près de notre drop Zone. Une de ces routes couraient d’Est en Ouest, et l’autre partait à 90 degrés du Nord vets le sud et rejoignait la route principale de Ste Mère Eglise à notre objectif, le pont sur le Merderet.

On a connu notre lot de petits problèmes d’organisation dans l’obscurité. Puis, une heure avant l’aube, Company A a quitté la drop zone avec environ 90% de ses effectifs ; Ceci n’était pas du seulement à la chance ou au hasard, mais à la coopération des officiers et des Non Coms, et surtout, grâce à notre bon niveau de préparation. Des hommes qui doivent combattre de nuit doivent être entraionés au combat de nuit, et pas se contenter de marches et de creuser des foxholes. On a donc suivi cette ropiute de terre qui descendait du Nord vers le sud. C’est alors que je suis tombé sur le Major James Mc Ginity (Assistant CO 1/505). Il a cheminé avec nous.

   Notre ordre de progression était le suivant ; First platoon suivi de CO Headquarters, troisième puis second platoons. Quand nous avonns atteint la route de ste Mère, une moto allemande est passée devant nous se dirigeant vers Ste Mère. Il faisait encore sombre mais le jour pointait. On a traversé la route et avons progressé vers l’ouest, tournant le dos à Ste Mère, vers le pont. Nous avons progressé derrière une haie en bordure de la route. A ce moment, le contact avec le First platoon a été rompu. Le troisième platoon a donc pris la tête.

A environ 5 ou 600 mètres du pont,on a rejoint un nouveau chemin de terre qui descendait vers le Sud Est depuis la route du pont. Des haies bordaient chaque côté de ce chemin et au-delà, en direction du pont, s’étendait un grand champs d’environ 80 mètres de long et 60 de large. C’était là, à mon idée, que les allemands devaient être s’ils voulaient défendre le pont…"

J’ai demandé au Lieutenant Donald Coxon d’envoyer ses éclaireurs en avant. Il l’a fait, et il les a accompagné. Il avait énormément de courage, mais il n’avait pas le cœur de les envoyer sans les accompagner.

Quelques instants plus tard, une mitrailleurs allemande a ouvert le feu, tuant le Lt Coxon et un de ses scouts, Ferguson. On a ouvert le feu. Major McGinity et moi-même en pointe sommes partis avec le platoon pour les déborder sur la gauche, pendant que les hommes maintenaient un tir de couverture. Au même moment, j’ai demandé au Lt Presnell de retraverser la route et d’attaquer depuis le nord vers le pont. Ceci fut fait et le second platoon ne rencontra aucune résistance jusdqu’à ce qu’il atteigne le pont.

Le troisième platoon a continué son mouvement tournant et est revenu vers la route du pont. Le type de feu que nous recevions nous laissa à penser qu’il n’y avait qu’une équipe de mitrailleur en face de nous. Il s’avéra qu’il y avait au moins une squad bien enterré, avec au moins deux mitraillettes. Les prisoniers que nous fîmes plus tard, additionnés aux nombreux morts, montrent qu’il y avait en fait l’équivalent d’un platoon. Nous n’avons capturé aucun officier. Je ne crois pas qu’aucun de leurs soldats n’ait pu s’échapper.

Je continue. On est revenu vers la route, en cheminant vers le nord. Major Mc Ginity était en tête et j’étais trois pas derrière lui, un peu sur sa droite. Il y avait une haie très haute et très large sur notre gauche, et je pensais que c’est là que devait se trouver la mitrailleuse.

On avait parcouru les deux tiers de la distance vers la haie quand ils ont ouvert le feu avec des fusils et au moins deux pistolets mitrailleurs. J’ai répondu en tirant avec ma Thompson (Dolan est First Lieutenant ndlr…)sur l’endroit où je voyais bouger le feuillage. Major James Mc Ginity a été tué sur le coup. Par chance, il y avait un foxhole allemand juste à ma gauche dans lequel j’ai sauté et d’où j’ai continué à tirer. Je ne pouvais que deviner leur position mais il me fallait continuer à tirer tant qu’une partie de third platoon était toujours à découvert. LT Mc Laughlin, assistant platoon leader fut touché et mourut dans la journée. Son opérateur radio fut aussi tué. Le platoon était à présent pris entre deux feux, entre ceux qui me tiraient dessus depuis la haie, mais aussi depuis le pont…


Je ne peux dire combien de temps on est resté accroché de cette manière, mais cela a duré au moins une heure.J’ai fait plusieurs tentatives pour sortir, mais à chaque fois les tirs ont repris. A mon dernier essai, ils n’ont plus tiré. A l’évidence, ils avaient décroché. Pendant tout ce temps, j’entendais des coups de fusils et de mitrailleuses venant du côté nord du pont. Cela s’arrêta au moment où je rejoignais le third platoon. J’ai donné des ordres aux sous officiers de se ré organiser et de conforter leurs positions actuelles. J’ai traversé la route et ai retrouvé le first platoon commandé par le Lt Oakley du côté Nord du pont.. Ils avançaient vers le pont. Je leur ai demandé de s’enterrer sur la droite du pont. Je m’approchai du pont et je découvris que nous avions reçu le soutien de quelques paras du 508. Je suis alors tombé sur le colonel Eckman et j’ai appelé mon third platoon pour qu’il prenne position sur la gauche du pont, c’est à dire au sud. Le first platoon était au nord.

J’ai pensé que tous les allemands avaient battu en retraite. Mais sans que nous le sachions, il y avait une douzaine d’allemands plaqué au second étage d’une ferme. Ils ont alors commencé à tirer. Le colonel Eckman et moi discutions tranquilement pendant ce temps. Cela a duré une douzaine de minutes puis les allemands se sont rendus. C’est une squad du 508 qui a réalisé la capture.

On s’est enterré, la compagnie disposée de façons suivante : first platoon côté Nord de la route (à droite en regardant vers Cauquigny), le troisième platoon au sud et le second en réserve, à 300 mètres en retrait, de façon à couvrir nos arrières.

Major Kellam (CO 1/505) est arrivé au pont avec le capt. Roysden, son S-3. Il avait tout son poste de commandement avec lui. Je ne sais pas si le poste de commandement d’un bataillon a jamais été installé correctement. Du moins, je n’ai pas souvenir avoir eu la moindre communication avec eux…
Toute la company A était à présent près du pont, avec un platoon de B Company, un platoon des Engineers de la Division (avec pour mission de faire sauter le pont le cas échéant…) environ la moitié de la compagnie de HQ du bataillon, avec des mortierts et des mitrailleuses, et pas mal d’hommes égarés d’autres régiments. La compagnie s’est bien enterrée et rapidement. J’ai juste terminé mon inspection quand une attaque s’est déclarée. Pour mémoire, je rappelle qu’il y avait en face de nous, à l’ouest du Merderet, un marécage large d’environ 800 mètres en son point le plus étroit. La route qui partait vers l’ouest depuis le pont était une chaussée surélevée…


Pour autant que je me souvienne, la mission du 508 PIR était d’occuper une position au delà de la chaussée. En plus des hommes qui nous avaient aidé à prendre le pont, au moins une compagnie du 508 à traversé notre position et a fait mouvement sur la chaussée vers leur objectif. Ils étaient à peine passés depuis plus d’une heure quand on les a vu battre ne retraite à travers les marécages. Je me souviens que nous avons prété main forte à plusierus d’entre eux dans la rivière, qui à certains endroits était très profonde.

Les tirs de mitrailleuses allemandes étaient très intenses à présent. On n’a pas répondu à leur feu car on ne les voyait pas clairement et nos réserves de munitions étaient comptées. Ils nous ont attaqué avec trois chars, que je ne peux pas identifier avec certitude. Mais ils paraissaient semblalbes à des mark IV,,ou peut-être un peu plus légers. Les tanks nous tiraient dessus au canon et à la mitailleuse.

Une demi heure avant cette attaque, un canon de 57 mm anti tank a été attribué à notre Company A. Je l’ai positionné à 130 mètres du pont à l’endroit où la route tourne légèrement eb approchant du pont. Cela procurait au canon unebone protection ainsi qu’un champs de tir bien dégagé.

Au niveau du pont, je disposais de trois équipes de bazooka. Deux étaient de ma compagnie, et le troisième était de B Company ou C. Les deux bazookas de la compagnie A étaient enterrés à droite et à gauche du pont. A cause du fait que le pont faissait partie de la chaussée surélevée, ils étaient positionnés sous le niveau de la route, et donc, pour pouvoir tirer, ils devaient quitter leurs foxholes. Le troisième bazooka était un peu plus en retrait sur la gauche, la où il y avait plus de protection.

Je reprends… Je venais de terminer mon inspection de nos défenses et je me tenais à 30 ou 40 mètres du pont. Le major Frederick Kellam et le captain Roysden se tenaient à proximité. Les deux premiers tanks étaient espacés de 12 ou 15 mètres, et le troisième à peu près 40 mètres en retrait. Quand le char de tête fut à environ 40 mètres du pont, les deux équipes de bazookas de la Company A se sont levés en même temps sur le bord de la route. Ils étaient sous le feu intense de tirs de fusils et pistolets mitrailleurs venant de l'autre côté de la chaussée, et aussi des tirs de canon et de mitrailleuses des tanks….

Aujourd’hui encore, je ne comprends pas comment ces 4 hommes ne furent pas tués. Ils tiraient et rechargeaient avec la précision d’une mécanique bien huilé. A les regarder, on n’avait du mal à s’imaginer que ce n’était pas un exercice de routine. Je ne pense pas qu’aucune des deux équipes n’aient manqué un tir ! Le premeir tank a reçu plusierus coups au but. Les chenilles ont sauté et en quelques minutes, il prity feu. Puis, ils s’en sont pris au deuxième tank et celui ci fut en flamme au bout de tente secondes. Ils ont tiré toutes les roquettes dont ils disposaient puis ont plongé dans leur foxholes. Le 57 mm AT pendant ce temps se chargeait du troisième tank. Là encore, les servants ont fait un super boulot.


Mes deux équipes de bazookas demandaient plus de munitions. Le Major Kellam est parti en courant vers le pont en portant un sac de rockets, suivi du captain Roysden. Ils étaient à une quinzaine de mètres du pont quand les allemands ont déclenché un tir de mortiers. Le major Kellam a été tué et le capitaien Roysden est tombé inanimé sous le choc de la déflagration. Il est mort un peu plus tard dans la journée. Les deux bazookas ont été détruits par les tirs de mortiers. Lt Weir (Reg. HQ CO) et moi avons porté le Capt. Roysden à couvert. Etant l’officier le plus haut gradé sur place, j’ai pris le commandement du bataillon.


J’ai mis B Company en réserve derrière A company de telle sorte à avoir une défense à 360 degrés. Tout le reste de la journée, nous avons été soumis à d’intenses tirs de mortiers et de mitrailleuses. Les tirs de mortiers étaient dévastateurs sur mes deux platoons les plus avancées à cause des « tree bursts » (explosions des obus en touchant la cîme des arbres ndlr). Pas besoin de beaucopup d’imagination de la part des « krauts » pour comprendre où nous étions enterrés. Autant que je me souvienne, il y avait à peine 70 mètres de par et d’autre du pont d’où nous pouvions nous défendre. Ils pouvaient donc balancer leurs mortiers n’importe où dans ce périmètre et avoir de bons résultats. Avec la nuit, leur feu a diminué, mais ils ont recommencé tôt le lendemain et sans discontinuer. Mon troisième platoon a été le plus atteint par les « tree bursts » car ils étaient sur une partie boisée.

La seconde attaque de tanks s’est produite l’après midi du second jour, 7 juin. J’étais sur la partie Nord du pont (à droite) avec mon first platoon. Pendant une heure précédant l’attaque, ils ont intensifié leur tirs de mortiers au point que le troisième platoon était pratiquement décimé, mais pas tout à fait. Je n’en avais pas conscience à ce moment là. En plus du grand nombre de pertes, mon platoon Sergeant, Sgt Monahan, a été mortellement blessé…. »

J’ai appris d’une autre personne que des soldats avaient battu en retraite à travers les lignes de mon troisième platoon, et en traversant mon poste de commandement. La rumeur s’est propagée qu’on allait abandonner le pont. La conséquence fut que les artilleurs du 57 mm AT ont foutu le camp. Je n’avais plus de XO (Executive Officer) à cet instant. Un peu plus tôt, il (Tom Furey), avait reçu le commandement de C Company. Mon First Sergeant s’était blessé durant le saut, et mon HQ de compagnie était totalement inexistant à part quelques « Runners » et opérateurs radio. Je ne me souviens pas pourquoi, mais nos radios ne fonctionnaient pas. Notre seul moyen de communication était les « Runners ».


Le premier platoon était aussi soumis à d’intenses tirs. Le platoon leader, Lt Oakley, qui faisait un superbe travail fut lui aussi mortellement blessé. Sgt Ricci a laissé le commandement au Sgt Owens. Vous vous rappelez que nous avions parlé du Sgt Owens et de son courage et de sa façon de diriger le platoon dans les situations les plus critiques. J’ai recommandé Owens et et les quatre servants de bazookas pour une D. S. C. Les servant de bazookas l’ont obtenue, mais pas Owens. C’est une injustice en soi…

La seconde attaque était menée par deux tanks supportées par de l’infanterie. J’étais incapable d’en estimer le nombre. Les tanks sont restés hors de portée de nos bazookas. (On n’en avait plus qu’un seul !) N’entendant plus tirer le 57 mm AT, je suis allé voir ce qui se passait et l'ai trouvé abandonné. J’ai esayé de l’utiliser, mais les servants avaient enlevé le mécanisme de tir. J’ai positionné 5 ou 6 hommes côté sud du pont, derrière la haie, avec des gammon grenades. C’est à ce moment que deux des serveurs du 57 mm sont réapparus avec le mécanisme de tir. Ils ont dégommé les deux tanks ! C’était deux jeunes de pas plus de 17 ou 18 ans, qui étaient revenus de leur propre initiative. Je les ai recommandé pour la Silver Sta.

 Le reste de notre positition près du pont a été calme, à part pour les tirs de mortiers, et vers la fin, des tirs d’artillerie qui ont endommagé notre 57 mm. Lt Col. Mark Alexander a repris le commandement du bataillon dans la journée et l’a conservé tout le reste de l’opération. Sans exception, il était le meilleur commandant de bataillon avec le quel j’ai jamais servi. Mon second fils, Mark Alexander Dolan, porte son nom…


En conclusion, je dirai que nous avons tenu le pont jusqu’à ce qu’on nous relève (hold until relief). Durant ces trois jours, Company A a eu 17 morts et trois fois autant de blessés. Le reste du batyaillon a connu les mêmes pertes.

J’ai essayé de vous donner une image la plus précise possible de ce qui s’est passé, mais après 15 années (on est en 59… ndlr) il peut y avoir quelques erreurs…

 

                                                     Very truly yours,

Voir le profil de l'utilisateur
Merci bcp Denis.

J'avoue que je ne me sentais pas le courage de me taper la traduction (ou pas dans l'immédiat en tout cas) Wink

A+.

Voir le profil de l'utilisateur

Aymer

avatar
Admin
Très intéressant. Merci !

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum