Forum de l'association V for Victory


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le 505th au cours de l'opération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le 505th au cours de l'opération le Ven 18 Nov - 15:59

Le 9 septembre 1944, Le British Field Marshal Montgomery proposa un plan baptisé Market Garden destine a fixer une tête de pont jusqu’au Rhin. L’opération fut une combinaison entre un assaut aéroporté pour prendre et tenir les routes et ponts principaux de Hollande et une avance motorisé.
Le dimanche 17 septembre, vers 10h00, les paras du 505th grimpèrent à bord des C-47 pour leurs derniers sauts. Selon les plans, le 3ème bataillon qui avait la mission principale de capturer Groesbeek serait le premier à sauter sur la DZ "N", suivit par le 2ème bataillon qui malgré sa position de réserve avait quelques missions à réaliser et enfin le 1er bataillon qui établirait la première ligne de défense au sud-ouest. Plusieurs des 9 C-47 transportant le QG de la 82nd faisaient parties de la vague devant sauter avec le 1er bataillon. Le Gén. Gavin, l'apprenant changea l'ordre du saut pour être le premier sur la DZ. Le régiment décolla de deux champs d'aviation distincts. Le 1er bataillon (et le QG de la division) de Cottesmore. Les 2ème et 3ème de Folkingham. Les séries décollèrent et se regroupèrent au dessus de leurs terrains respectifs, puis se dirigèrent vers la Hollande. En approchant de la DZ, le sinistre son du canon anti-aérien se fit entendre. Malgré tout, aucun des C-47 ne fut abattu.
Le vol de la série du 1er bataillon et du QG rencontra un problème. Ils durent être dévié légèrement parce qu'en arrivant au dessus de la DZ, le Gén. Gavin assista aux parachutages des paras du 3ème bataillon. Concernant le saut des 2ème et 3ème bataillons, il survint un fait étrange. Les deux bataillons arrivèrent en même temps sur la DZ! Le Col. Vandervoort prit la décision de faire sauter son 2ème bataillon un peu plus loin après les maisons de Groesbeek. Une fois atterrit, les compagnies se regroupèrent en un temps record. Elles se dirigèrent vers leur premier objectif, la colline 81.8. Les Allemands situés dans le secteur de Groesbeek furent donc prit en tenaille entre les 2ème bataillons au nord-est et le 3ème attaquant du sud-ouest.
Le saut débutant vers 13h00, les 3 bataillons étaient au sol 12 minutes plus tard. Les compagnies G et H commandées par les Cpt. Isaacs et Maness envahirent rapidement Groesbeek avec l'aide du 2me bataillon arrivant du nord-est. Après cela, les deux bataillons capturèrent une centaine d'Allemands. Le 3ème bataillon gagna le périmètre défensif qui lui était désigné, il s'étendait de Kamp à la jonction avec le 508th PIR et par Horst vers le sud-est et de là, vers le sud jusqu'à Bruuk, un front de près de 3 km. Bien avant la nuit, toutes les routes principales étaient barrées et les points fortifiés organisés, le bataillon s'installa pour la nuit sans incident.
Le 1er bataillon reçut comme périmètre une zone démarrant à partir de Bruuk avec la Compagnie I en jonction et delà vers le sud-ouest jusqu'à Riethorst où un peloton de la Compagnie B, commandé par le Lt. Stanley Weinberg, devait installer un barrage routier et tenir la colline qui domine la grand-route entre ce barrage et la Meuse à l'ouest. Le 2ème bataillon qui avait atterrit dans une demi-douzaine de position de canons anti-aériens. Il les détruisit ce qui sauva sans doute le saut du 508th PIR. Le Col. Vandervoort désigna l'observatoire de Molenberg comme nouveau point de rassemblement. Ce bâtiment fut transformé en une tour antiaérienne complète. Mais quand celle-ci fut atteinte par une rocket de bazooka. Les Allemands hissèrent rapidement le drapeau blanc.
A 14h15, le bataillon se rassembla près de la tour. Ensuite, il traversa Groesbeek au nord vers la colline 81.8 à peu près à 1 km 1/2 à l'ouest de la localité. Il se tint comme réserve comme il était prévu. Les Allemands furent complètement surpris ce 17 septembre. La journée fut calme dans l'ensemble. Mais le lundi 18, ils commencèrent à réagir.
Pour la première fois, des tirs d'artillerie et de mortier s'abattirent sur les lignes du 505th. Ils lancèrent quelques contre attaque pour réduire la tête de pont mais sans succès. A Riethorst, 300 Allemands attaquèrent les pelotons du 1er bataillon. Mais ils furent refoulés. La plupart des compagnies signalèrent des attaques mais à chaque fois, l'ennemi fut repoussé.
Par contre, sur la DZ, la situation devint critique. Elle devait être utilisée comme zone d'atterrissage pour 450 planeurs. Comme il y avait une grande distance entre le 3ème bataillon à Bredeweg et le 1er à Riethorst, les Allemands s'étaient infiltrés durant la nuit jusqu'à la bordure sud de la DZ. Delà, ils tiraient sur les équipes chargés de récupérer l'équipement des containers. Le Col. Ekman donna l'ordre au 1er bataillon de nettoyer la DZ. Le Maj. Long confia la mission à deux pelotons de la Compagnie C qui étaient maintenus en réserve. Les Allemands se sauvèrent vers le Reichswald.
Le 19 septembre fut beaucoup plus calme. Aucune unité ne signala d'attaque importante. Les hommes ne manquaient pas de munitions. Par contre, le ravitaillement en nourriture posait problème. Durant la journée, le Col. Ekman fit retirer quelques barrages routiers sur de meilleures positions et des dispositions furent prises pour en améliorer d'autres. Ce jour là aussi, le 2ème bataillon fut attaché à la Guards Armoured Division britannique qui avait reçut pour mission de prendre deux ponts sur le Waal à Nimegue. Le 17 et 18, le 508th avait fait 3 tentatives toutes échouées. La force ennemie fut estimée à 500 SS.
En début de l'après midi, le 2ème bataillon grimpa sur les chars et une heure plus tard, ils arrivèrent dans les faubourgs de Nimègue. Atteignant une bifurcation sur le Groesbeekscheweg, la force ce divisa en deux. Le 1er groupe, composé de 5 chars et d'un peloton d'infanterie du 1st Grenadier et de la compagnie D du 505th eu la mission de s'emparer du pont de chemin de fer. Le second, comprenant 20 à 30 chars, une compagnie d'infanterie du 1st Grenadier et le reste du 2ème bataillon attaquaient le pont routier.
A 16h00 cette dernière s'élança. La coopération chars / soldats fut parfaite. Les tanks détruisaient les points forts, l'infanterie nettoyant les positions anti-chars. A 19h00 ils atteignirent les dernières maisons surplombant l'Hunner Park et les approches du pont. Au lieu de lancer le dernier assaut, le commandant Britannique préféra attendre que les unités situées au sud-ouest fassent jonction.
Pour l'autre groupe, tout ce passa bien également. A 16h00, ils étaient au pont ferroviaire. Mais là, ils rencontrèrent une forte résistance. A la tomber du jour, 2 chars fut détruits et la Compagnie D prit sous le feu de mitrailleuse.
Le 20 septembre fut un jour crucial pour tout le régiment. Les Allemands lancèrent une contre attaque avec des éléments du 2e Fallschirmjäger Korps. Le but des Allemands était de couper la route Nimègue - Gave. La moitié de la force ennemie attaqua les positions du 508th PIR dans le voisinage de Wyler et Beek tandis que l'autre partie attaquait le 1er bataillon du 505th à Riethorst et à Mook.
Quand le 508th fut repoussé à Wyler, les Allemands se retournèrent contre le 3ème bataillon devant Groesbeek. A 10h00, pratiquement toutes les compagnies des deux bataillons étaient engagées. A 12h00, malgré les pertes, le périmètre était assez bien stabilisé. Cependant à Riethorst et à Mook, la situation devenait critique. A Mook, la compagnie B fut rejetée. A Riethorst, deux pelotons appartenant aux Compagnie B et C tenir bon même-ci par moment ils étaient complètement encerclés.
Mook était un objectif prioritaire, là le régiment tenait le seul pont intact surplombant le canal Meuse-Waal. C'était la ligne de vie pour la division mais aussi pour les troupes Britannique combattant à Nimègue.
Le Col. Ekman prit la situation en main, avec un peloton de chars de la Coldstream Guards Division, il donna l'ordre au Lt. Dolan de préparer deux pelotons de la compagnie A et de se déplacer vers Mook.
Lui même se rendit à Mook pour organiser une contre-attaque formé de quelques chars et d'un peloton de la Compagnie B. En une heure, la situation fut rétablie à Mook. Pendant que ses combats se déroulaient, d'autres actions importantes avaient lieu qui eurent une influence considérable pour l'opération Market Garden. Les troupes britanniques se faisaient décimer à Arnhem. En conséquence, la prise du pont de la grande route sur le Waal de façon à relever cette division devint vitale!
Le Gen. Gavin élabora un plan d'assaut, le 504th PIR franchirait le fleuve en bateau en aval du pont pour prendre l'extrémité nord pendant qu'une force combiner du 2ème bataillon du 505th et des unités britanniques s'emparaient des extrémités sud. La plus grande partie de la journée du 20 septembre se passa à tirer sur les positions des Allemands. Entre temps, les paras du 504th reçurent leurs canots. A 15h00, ils lancèrent l'assaut. A 17h00, il s'était emparé de l'extrémité nord. Le 2ème bataillon lançât son offensive à l'heure prévue. En moins de 30 minutes le pont était pris.
La journée du 21 septembre fut calme. Les compagnies A et B achevèrent de nettoyer Mook. Elle y rencontra une force ennemie qui avait franchie la Meuse mais la repoussa. Le 22 septembre fut la journée la plus calme. Le 2ème bataillon fut relevé par le 504th et revint au régiment. Le 23 septembre fut le jour d'arriver du 325th GIR qui fut retardé à cause du brouillard au dessus de l'Angleterre. Il releva le 505th qui fut envoyé à Nimegue.
La période du 24 au 30 vit peu d'action autre que des patrouilles. Au QG de la division, on apprit que les Allemands se regroupaient pour une contra attaque. Le 505th reçut l'ordre de rendre le pont aux Britanniques et de regagner ses anciennes positions. Mais heureusement pour le régiment, l'attaque fut surtout lancée contre les lignes du 325th et du 508th. Après un séjour de 11 jours dans une partie de ses anciennes positions, le régiment se déplaçât par échelons jusqu'à une ligne qui longeait le fleuve de Nimègue à Erlecom et de là rejoignait la route Wyler-Nimègue à l'extrémité nord du Wyler Meer. Normalement, à ce moment là, la 82nd Airborne aurait du être relevé. Mais le Field-Marshal Montgomery fit valoir qu'il avait besoin d'unité pour nettoyer l'estuaire de l'Escaut et d'ouvrir le port d'Anvers.
La division resta don encore 1 mois de plus en Hollande. Finalement, le 12 novembre, le régiment fut relevé par des unités du 3rd Corps canadien. Il alla à Oss à pied. Il y bivouaqua 3 jours. Le 16 novembre, le régiment embarqua à bord dans des camions. Il bivouaqua encore un jour en Belgique à Bourg-Léopold. Le 17 novembre, le 505th PIR arrive à sa nouvelle maison, le Camp Suippes, situé dans la province de Champagne près de Reims, en France. Ce camp était formé d'un groupe de casernes d'un étage qui dataient de la 1er Guerre. La plupart des hommes espéraient retourner au Camp Quorn en Angleterre, mais ils apprirent que le camp était fermé.
Au camp, certains soldats reçurent des permissions. Comme il n'y eu pas de prévision pour une mission aéroportée, le régiment n'avait rien d'autre à faire que l'entraînement habituel.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum