Forum de l'association V for Victory


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les origines du 505th

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Les origines du 505th le Ven 18 Nov - 15:56

Le 505th PIR, créé le 6 juillet 1942, est confié au commandement d’un jeune lieutenant-colonel sortant de West Point et de l'Airborne Command (Provisionnal parachute Group), James M. Gavin.
Anciennement sous les ordres du Général Lee, le Lt Col. Gavin a écrit une brochure s’intitulant «Instructional Pamphlet for Airborne Operations”. Ce sont des théories et des observations sur des opérations aéroportées. Elles seraient pour la première fois mises à l’essai.
Contrairement aux régiments qui furent créés avant le 505th en étoffant ou en divisant des bataillons existants, le 505th partit de rien. Parmi le personnel qui y fut muté initialement se trouvait un large cadre d'officiers et de sous-officiers provenant de l'Airborne Command. Un autre groupe provenait du 503rd récemment formé, d'autres du 502nd ou du 504th PIR. La plupart restèrent au 505th et devinrent l'épine dorsale du régiment. Mais la grande majorité des hommes et des officiers provenaient directement de l'école de parachutisme de Fort Benning. Dès que les promotions étaient brevetées, elles étaient envoyées en masse. A tel point que quand le Régiment fut envoyé en Alabama, le 1er octobre 1942, il était prêt d'atteindre son effectif normal pour un régiment.
L'entraînement commença directement, quand les premiers hommes arrivèrent dans la "Poêle à Frire" et continua à une allure accélérée. Chaque phase de l'entraînement visait un double but. Tout d'abord de disposer d'un groupe d'hommes compétents et agressifs qui combattraient en équipe ou mèneraient et combattraient individuellement dans des actions de petites unités Un troisième but était d'éliminer les inaptes. L'entraînement comprenait des sauts fréquents, la plupart de nuit, et chaque saut était suivi d'un exercice tactique pour améliorer les capacités de se rassembler et de se déplacer .Le 29 octobre 1942, le régiment adopta l'ovale bleu bordé de rouge.
Fin janvier 1943, le 505th PIR est au complet avec ses trois bataillons d’officiers. Plusieurs changements s'opéra à cette époque. Le Lt.Col. Gavin fut promu Colonel. Le Lt.Col. Herbert F Batcheller succède au Col. Haugen comme commandant en second du régiment. Les Capt. Gray et Edward C Krause sont promus Major et prennent respectivement le commandement des 2ème et 3ème bataillons. Il se rend à Camp Mackall en Caroline du Nord pour y parfaire son entraînement tactique. Le 12 février, le régiment gagnait Fort Bragg et fut intégré à la 82nd Airborne Division commandée par le Major Général Matthew B. Ridgway.
Le 8 février, le régiment se déplace au Camp Hoffman, rebaptisé Camp Mackall, en Caroline du Nord pour y suivre un entraînement tactique. Le 12 février, il est envoyé au Fort Bragg pour être incorporé à la 82nd Airborne. Ce fut le dernier des trois régiments attribué à l'époque de façon permanente. Le régiment allait apprendre à manoeuvré au sein d'une division.
Le 30 mars, le 505th PIR effectua le tout premier saut de tout un régiment dans l'histoire de l'Armée Américaine. Il fut largué sur Fort Jackson près de Camden en Caroline du Sud. Devant un parterre de personnalité dont le Premier Ministre Britannique, Winston Churchill.
La 82nd Airborne fut choisie comme division pour allez combattre outre atlantique.
Le 17 avril, les premières troupes quittèrent Fort Bragg pour Camp Edwards dans le Massachusetts suivi du reste du régiment le 20 avril. Arrivé au Camp le 21 avril, le régiment passa une semaine d'inspection, d'injection de vaccins, de conférences sur la sécurité et sur l'hygiène.
Le 28 avril au matin, le régiment repartit en train et dans l'après-midi se trouvait auprès de l'USS Monterey ancré à Staten Island, New York. Au petit matin du 29 avril 1943, des remorqueurs halèrent le Monterey du quai et le navire longea les plages du New Jersey pour rejoindre le convoi. Le 505th était en route pour la guerre.
Le 10 mai 1943 apparurent les côtes puis les bâtiments de Casablanca au Maroc Français. Les hommes furent conduits dans un camp de transit. Après deux nuits passées dans ce camp, le régiment entrepris le 12 mai, un voyage de plusieurs jours vers sa première garnison permanente outre-mer, Oujda, dans le Maroc Français. La plupart firent le voyage en train dans les fameux wagons français 40 & 8 (40 hommes - 8 chevaux)
Oujda, une bourgade arabe sale, à quelques kilomètres de la frontière Algérienne et à une 50 km au sud du rivage de la Méditerranée, n'avait qu'un atout, c'était d'être située à quelques kilomètres d'un grand champ d'aviation. Cette vaste plaine dénudée fut appelée "le Bol à poussière".
Beaucoup pensèrent qu'à Oujda, l'entraînement était terminé, mais non, il reprit et en pire. Des exercices avaient lieu 12h par jour et d'avantage et comme la température atteignait souvent les 45°, ils se déroulaient essentiellement la nuit. Naturellement il faisait trop chaud en journée pour dormir, si bien que les hommes ne dormaient pas.
Le 3 juin, face à un par terre de personnalité politique et militaire, les 3ème bataillons du 505th et du 504th avec quelques unités supplémentaires sauteraient et s'emparaient du champ d'aviation. Malheureusement, comme le moment du saut approchait, un vent au sol d'environs 50 km/h se leva. Normalement, à une vitesse pareille, le saut aurait été annulé. Mais du fait de son importance politique, celui-ci eu lieu. Il en résultat à peu près 90 lésions par saut, dont 60 exigèrent une hospitalisation. Quelques un étaient si grièvement blessés qu'ils furent renvoyés aux Etats-Unis.
Le terrain dur et rocailleux entourant Oujda était une zone d'atterrissage peu favorable même en l'absence de vent. Ils furent réduits au minimum. Mais tout les hommes en effectuèrent au moins un ou deux. Des sauts expérimentaux furent aussi tentés. Des hommes transportant du matériel lourd furent parachutés. Des mitrailleuses complètement montées, des mortiers de 60mm, des radios ou autres. Mais, il y eu tellement d'accident que les équipements lourds furent emballés dans des containers de parachutage.
Finalement, tout se termina et probablement aucun régiment ne fut en meilleure disposition d'esprit pour partir combattre.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum