Forum de l'association V for Victory


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Hameau de Hiesville, matinée du 6 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Le hameau de Hiesville est, en 1944, un hameau composé de140 habitants, majoritairement des fermes agricoles et qui se situe à 1km au nord de Vierville et à 2km à l’ouest de Sainte Marie du Mont.
Parmi ces habitants figurent la famille Lecaudey qui réside dans la ferme du même nom (à l’entrée du Hameau) et la famille Cotelle dans le château de la Colombières à quelques centaines de mètres de là.

Au matin du 6juin, ce hameau va se retrouver au cœur d’une immense agitation et devenir un des lieux historiques à visiter (même si peu de guides le mentionnent) :
-la ferme Lecaudey
-le château de la Colombières
-le crash du planeur transportant le Général Don Pratt, commandant adjoint de la 101st

Avant de commencer, voici un plan d’ensemble de la zone en question :


Et à présent, une vision plus détaillée de l’ensemble des lieux mentionnés précédemment :
(à noter que tous ces lieux sont à peine distants de 500m l’un de l’autre) :


Maintenant que les lieux sont définis, nous pouvons se lancer dans le récit des évènements :

Ferme Lecaudey :
Madame LECAUDEY est veuve depuis 1944 et vit avec son fils Jean (21 ans) et sa fille Marguerite (20 ans).
Ils ont entendu les avions passer à partir de 22h3O et Jean a remarqué un parachute dans un arbre; il a la surprise de rencontrer un pathfinder venu baliser la DZ(C.).Le para s'est blessé lors de l’atterrissage et est lourdement chargé de sa balise EUREKA et demande à Jean de l'aider.
Ils vont installer la balise sur le toit de la ferme et ira ensuite se coucher dans une des chambres de la ferme!
Les parachutistes vont alors arriver de partout et 2 Allemands d'une cinquantaine d'années arrivent dans la cour pour se rendre à Jean LECAUDEY.
D'autres paras arrivent dont un Canadien; Jean veut leur confier ces prisonniers en leur disant "Prenez les en charge".
On lui répond qu'ils n'en ont que faire de ces prisonniers (des consignes avaient été données en ce sens pour les premières 72 heures).
Jean plaide pour les épargner et ils seront enfermés à la ferme de CALAVILLE avec d'autres prisonniers.
Quelques jours plus tard une colonne de prisonniers passera devant Jean…avec ces deux allemands qui le remercieront!
Dans les premières heures du 6juin, le général Taylor établira son 1er poste de commandement de la 101st dans cette ferme ; une plaque à l’entrée de la ferme rappelle cet évènement.

La ferme aujourd’hui :


La plaque sur le mur de droite :


La photo du général Taylor dans la cour intérieure de la ferme au matin du 6 juin :



Château de la Colombières :
Sous les ordres du Major Albert J Crandall, la 326th Airborne Medical Company a quitté le terrain d’Aldermaston en Angleterre à 1h19 le 6 juin transportée par planeur. Le premier planeur, piloté par par le Lt-Col Mike Murphy transporte le Brigadier Général Don Pratt qui s’écrasera tragiquement (point abordé plus tard).
Cette compagnie médicale est constituée entre autres du Major Albert J Crandall, du Cpt Charles Von Gorder, du Cpt John Rodda et du Cpt Saul Dworkin. L’équipe chirurgicale est aussi accompagnée des Cpt Charles Margulies et Curtis Yearry. Un seul planeur transporte l’équipe chirurgicale, le gros de la compagnie arrivera par bateau. Le Jour J, les planeurs arrivent environ vers 2h30. Le Brigadier Général Pratt est tué dans le crash de son planeur (le « Fighting Falcon ») et sera ainsi le 1er général américain tué en Normandie. 3 membres de l’équipe restent près du lieu de l’accident tandis que 2 autres rejoignent en jeep le château de Colombières atteint vers 7h du matin. Les paras qui les accompagnent neutralisent les allemands se trouvant dans le château de la famille Cotelle. Avec l’aide de cette famille, le 1er hopital militaire allié en Normandie est opérationnel à 9h du matin. Le flot de blessés arrive aussitôt. On se sert des voilures de parachute en guise de drap pour les blessés. Vers 21h, un autre planeur amène d’autres éléments de la compagnie. Les éléments arrivés par mer se fraient un chemin et rejoignent eux aussi le château. Les blessures de la tête, du thorax, de l’abdomen et des extrémités sont opérées en priorité, pour ceux qui ne peuvent être évacués. Bien entendu, tout ceci se passe au milieu de l’insécurité et d’accrochage avec les allemands pendant 2 jours. Une petite unité médicale allemande est capturée et s’installe dans les étables pour soigner les blessés allemands. Le 9 juin, le 42nd Hospital s’installe à proximité avec son personnel.
Mais vers 23h45, un bombardier allemand survole l’hopital et largue 2 bombes. La 1ère touche l’aile ouest du château ; la 2ème traverse le pignon et achève la destruction. On ramasse plus de 20 tués et environ 60 blessés. Cependant, les membres de la compagnie chirurgicale subissent des pertes légères et pourront continuer leur mission.
Un monument à l’entrée du château rappelle le rôle qu’a joué cet hopital dans les 1ers jours du débarquement.

Une précision concernant ce château : la propriétaire de l’époque, Madame Cotelle, se rappelle que dans la cour intérieure, un para us se vidait de son sang et nous ne pouvait pas être soigné (blessure trop importante)…à sa mort, l’herbe mettrait plus de 10 ans avant de repousser à l’endroit même où agonisait ce héros (source : « La Brèche de Ste Marie du Mont » de François Lemmonier Gruhier)


Place aux photos à présent :

Avant toutes choses, place aux hommes avec le Major Albert Crandall :


Plaque commémorative à l’entrée du château :


L’ancienne entrée (qui sera détruite suite au bombardement) :


L’entrée actuelle :


Les photos du château « aménagé » en hopital divisionnaire :
















La cour intérieure aujourd’hui (on reconnait les arcades de la photo précédente) :



Le château après le bombardement allemand :







Suite au bombardement allemand, il se raconte qu’en guise de représailles, les américains auraient tués 1000 soldats allemands…bien entendu, ceci est impossible à vérifier…


Crash du Brigadier Général Don Pratt :
Le Brigadier Général Don Pratt arrive lui aussi dans un planeur marqué « Fighting Falcon » ; aux commandes de l’appareil se trouve un officier supérieur, le Lt-Col Mike Murphy ; originaire de Findley dans l’Ohio, il est âgé de 34ans. Dans le civil, il était pilote d’essai dans l’aéronautique ; c’est pour ses grandes capacités de pilotage qu’il avait été choisi comme pilote du général Pratt. Il est suivi par un autre planeur piloté par le Lt Victor Warringer et qui transporte une partie du 326th Medical Company). Les 2 planeurs sont en approche de la LZ E, au-dessus de Hiesville. Mike Murphy atterrit dans un champ recouvert d’une très forte rosée matinale et les planeurs subissent ainsi un aquaplaning. Le Fighting Falcon et l’autre planeur vont ainsi s’écraser contre une rangée d’arbres ; le général Pratt et le Lt Butler sont tués sur le coup. Le fémur droit de Mike Murphy est cassé. Il est 4h08.

Place aux photos :



Le Capitaine-médic Charles O. Van Gorder à côté de l'épave du planeur du Lt-Col Murphy à bord duquel les Général Pratt a trouvé la mort :


Le Lt-Col Mike Murphy :



Voilà comment un hameau paisible a vécu en quelques heures le chaos le plus total….

Pour finir je citerai à la volée les sources qui m’ont permis d’écrire cet article :

-Livres :« Utah Beach, Ste mère église, Ste Marie du Mont », « La brèche de Ste Marie du Mont », « 101st airborne in Normandy », « Rendez vous with destiny », « La nuit des paras »
-Sites internet : nombreux forums ; comme ca à la volée, je citerai les « trigger time », « eto », « dday overlord », défunt « militaria histoire et reconstit » ainsi que des sites de documentation plus classiques…

A+.


Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum